Home
Archerie traditionnelle
Retour à www.cultureautochtone.com               Accueil
Biographie           Réalisations           Conférences           Construction d'abris           Survie en forêt           Services de guide           Contacts / Liens
native culture autochtone gilles moashk kovacs indien indian first nations premieres nations guide chasse peche fishing hunting
Un message de Gilles
Gallerie de photos
Vidéo promotionnel
Membre actif de A.V.A.
Aboriginal Veteran`s Association
Cliquez
vidéo!
Contes et légendes
Services de guide
Survie en forêt
Consultant autochtone
Qualitée supérieure.
Pièces de musée.

Aucune copie Asiatique.
100% authentique.
Art autochtone avec provenance.
Tir instinctif.

Peu pratiqué, le tir instinctif mérite sa place honorifique dans l’art subtil de l’archerie. Au premier abord, nous restons perplexes devant la simplicité de l’équipement, qui ressemble étonnamment à l’arc de notre enfance, fait d’une branche, d’une ficelle et d’une flèche improvisée. Et pourtant c’est le même arc, nonobstant quelques progrès technologiques.

Le tir instinctif consiste à tirer la flèche là où vous regardez. Il faut se concentrer sur le point à atteindre, et laisser le cerveau commander le bras d’arc, qui lui dit, c’est là  et c’est tout…

Par la pratique et l’entraînement régulier, la gestuelle devient un simple réflexe, plus besoin de réfléchir. Pourquoi ? Parce que le cerveau dans sa partie « Cortex » enregistre les phases de votre gestuelle. Puis comprend le programme que vous voulez élaborer, dès lors sa fonction d’analyste n’a plus de raisons d’être. Il établit définitivement votre programme et le transmet à la partie du cerveau dite instinctif. Vous n’avez plus à réfléchir sur la suite opérationnelle, votre cerveau le fait instinctivement pour vous, la confiance dans le geste devient totale.

Dès l’ancrage obtenu, la décoche est immédiate. Le tir est donc rapide.

Mais si une pensée interfère dans le style : je suis trop bas ou trop haut, trop à gauche ou trop à droite, c’est l’échec !

Le geste doit rester parfaitement inconscient.

Pas de position académique, pas de stade successif, comme : L’armage, ancrage, visée et décoche, simplement un geste fluide et continu où la décoche est  involontaire. Bien sûr, les résultats sont sensiblement moins réguliers que ceux qui sont obtenus par le tir assisté, qui corrige et pallie les erreurs humaines, mais le tir instinctif est aussi précis que le tir assisté, une flèche tirée correctement atteindra invariablement son but. Puisque sans assistance, la moindre erreur du tireur instinctif se traduira inéluctablement par une punition.

L’erreur classique pour un tireur instinctif est de vouloir faire des points, il tente de s’appliquer, il résonne, compare et par là étouffe son instinct, ne lui fait plus confiance et les résultats espérés s’évanouissent. Mais dès lors qu’il se laisse paisiblement guider, il atteint cet instant de plénitude, de magie, de parfait bonheur où la flèche, docile, rejoint son regard.

Devenir un bon tireur à l’arc est relativement facile, devenir bon tireur instinctif demande du temps et surtout beaucoup d’entraînement. Si le tir instinctif devient d’une simplicité enfantine et d’une incroyable précision, ce n’est qu’après avoir compris son mécanisme, s’en être imbibé, qu’il soit devenu pour vous un simple réflexe.

Après tout, la différence entre un bon tireur instinctif et un excellent tireur, n’est que de quelques milliers de flèches…

L’arc et l’instinct forment un tout inséparable. Si, de l’armement à la décoche, c’est une seule action fluide et irréfléchie, la concentration est intense, donc souvent difficile à maintenir lors des compétitions classiques. Si l’on se compare à un tireur armant un arc muni de 36 accessoires d’assistance, d’un stabilisateur d’un mètre de long, voir d’un décocheur, il est clair que nous ne pratiquons pas la même passion, et ce, de la même façon.

Pourquoi tirer instinctif ?
Souvent la décision de tirer instinctivement arrive avec l’expérience comme une envie d’un défi supplémentaire, d’une réaction simple, devant la prolifération croissante et mercantile de la technologie dans l’archerie moderne, l’envie de s’engager dans un effort requérant une totale implication de tout son être et retrouver des réflexes humains d’instinct souvent oubliés ! Amusé vous et bon tir.

L’Ours considéré
Cours d'initiation disponible...(Cliquer)